samedi 25 février 2012

[Lu] Ecosystématique de fin de monde (Anthony Boulanger)

Anthony Boulanger est un nom à suivre et l'une des plumes que j'ai toujours aimé lire jusque là dans ses diverses apparitions dans le webzinat. J'ai trouvé logique de poursuivre l'aventure sur sa première publication solo aux éditions Voy'[el] : Ecosystématique de fin de monde.



D'abord, la première remarque qui m'est venue va a l'éditeur et au format choisi pour le recueil de nouvelles qui nous occupe : la taille du livre est agréable et très maniable je trouve, le papier de bonne qualité, la présentation soignée et la couverture superbe. Pour un premier achat, cela pousse à plus de curiosités sur le catalogue Voy'[el].

Concernant le recueil, je trouve que se confirme une tendance chez Anthony Boulanger : s'il se montre très à l'aise dans la Science-Fiction et la Science Fantasy, la Fantasy pure me semble être son point faible (La dernière fée est la mort est à mon avis la nouvelle la plus faible du recueil, et de loin, par sa construction standard et l'absence totale de surprise sur un genre qui, il est vrai, est très balisé. D'autres toutefois font mouche comme Oxyde de Magie mais on arrive déjà sur le terrain de la Science Fantasy).

Passée cette considération, je vais parler des trois nouvelles qui m'ont le plus marqué :

- La Porte de la Bleue/La Porte Bleue (ce n'est pas le même titre si on regarde la nouvelle ou le sommaire) ouvre le recueil et fait mouche directement. D'inspiration clairement SF, elle nous projette dans une expérimentation qui devient de plus en plus prenante alors que s'alterne les points de vue des scientifiques et des cobayes. D'un rythme soutenue, elle ne lasse jamais et nous plonge directement dans les mondes imaginaires de l'auteur. Je crois qu'on ne pouvait trouver meilleure introduction à l'univers d'Anthony.

- Les suivants et son atmosphère apocalyptique parisien n'est pas marquant sur le coup mais reste en tête un log moment après la lecture. Typiquement le genre de texte où c'est l'ambiance qui fait une grande partie du travail.

- Wasteworld est une nouvelle exceptionnelle qui me pousse à évoquer, au sujet du recueil, le volet Science Fantasy. L'univers post-apocalytique est vraiment très bien géré, et on retrouve cette ambiance mêlée à un personnage principal, Sarcina, qui devient vraiment charismatique et attachant au cours des pages. Si je pouvais avoir une doléance de lecteur, ce serait celle de retrouver ce monde et ses "héros" car il y aurait tellement de choses à dire. La meilleure "nouvelle-univers" du recueil selon moi. 

Si le volet Fantastique est bien mené également, je tenais à attirer l'attention des futurs lecteurs sur la nouvelle finale, les Révolutions du Serpentaire. C'est de la SF là aussi, mais quelle prenant voyage tout en psychologie et en ambiance ! Quand on ferme le recueil sur ce récit, il faut du temps pour le digérer. Et ça, c'est dur à faire. Bravo à l'auteur !

J'ai globalement apprécié le recueil d'Anthony Boulanger même si l'ensemble a un coup de mou immédiatement après la première nouvelle. Il y a quelques pépites et je n'ai pas cité non plus à l'image de Alpha Oméga Alpha et Reborn (j'avais déjà lu cette nouvelle par ailleurs) ou Le délitement de la Licorne (l'idée centrale est géniale). De plus, son coût peu élevé (12€ pour 21 nouvelles) le rend très accessible à ceux qui veulent découvrir l'auteur.   

Pour plus d'informations :

- Le site des Editions Voy'[el]
- Le blog d'Anthony Boulanger

Aucun commentaire:

Publier un commentaire